Café billard chez Gilles
Café Bistro À l'exe poolroom
   Accueil      Journaux


Un gros merci à Mr. André Perreault pour ce bel article , ça fait chaud au cœur de voir tout ces gens qui croient en moi !

 Merci à l’Hebdo du St-Maurice ainsi qu’à ma fidèle clientèle . Au plaisir !



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Une autre nouvelle intéressante

Publié dans le journal Québec presse

Montréal, Paris, Washington



 

SHAWINIGAN: ALEX-SANDRA LEMIRE LANCE LE « CAFÉ BISTRO »

Article par: Michel Cloutier 9 avril 2016


QUÉBEC-PRESSE-2-copie

Alex-Sandra Lemire, lance son CAFÉ BISTRO au centre-ville de Grand-Mère, Québec.

Le rendez-vous des générations

Une jeunesse sérieuse, sans tragédie ni légèreté.

QUÉBEC PRESSE, le vendredi 8 avril 2016

Par MICHEL CLOUTIER, journaliste, écrivain et éditeur de Québec Presse.


Enjouée et lumineuse en ses 25 ans, Alex-Sandra Lemire surmonte lucidement les préjugés néfastes envers la jeunesse québécoise, cette


jeunesse parfois passive et désœuvrée. Ne faut-il pas dans ces échos troublants, aérer l’irrespirable désespoir social qui pointe souvent à


l’horizon? Certes oui.


Ponctuelle en prévoyant tout, c’est la pressante urgence de l’action chez cette étonnante dame qui se lance en affaires au centre-ville de la 6e Avenue à


Grand-Mère.



Son Café Bistro devient le rendez-vous des générations. Une réussite consacrée.



IMG_3008


André Perreault, exhibant le Dossier de presse du Café Bistro aux côtés d’Alex-Sandra Lemire.


Fascinant soit-il, l’avenir n’arrive pas tout seul, bien sûr. Faut-il alors le hâter cet avenir dans un acte de foi contre toute complaisance et rêverie. Faut-il


ainsi exercer une grande confiance et passer aux actes… au lieu de se tourner les pouces en tuant le temps et attendre bêtement que le gros lot de Loto-


Québec vienne vous chercher dans la paresse de votre chaise longue en guettant les étoiles filantes, au risque de devenir hélas! de frêles vestiges de la vie.



Ce qui est sans excuse à devenir des vieillards bien avant son temps! Et absurdement en comptant sur la baguette des fées et leur force magique.


Aujourd’hui, le guérisons les plus miraculeuses ne sont plus espérées, les églises se vident, et même se vendent en ce siècle tristement matérialiste. Les


faits historiques l’attestent : la foi chrétienne se vit toutefois autrement, sans faste, et modestement en de petits groupes communautaires où le sacré


s’active dans le rayonnement vivant de la conscience.



Dans ce choc spirituel sans précédent, les lendemains survivent, et ce, grâce à l’espérance énergique de la jeunesse qui n’est pas fatalement mourante.


Délibérément, elle est faite pour la vie en voyant haut et grand. Mêlée au combat, c’est le réveil de la conscience, c’est la grande affaire sérieuse pour le


monde qui vient. Et le bonheur s’ensuit. Rien ne peut décourager cette belle jeunesse, ni les ténèbres de la tribulation dans ce Québec où, sans désirer la


lune, tous les espoirs restent permis, jusqu’à se propulser et devenir nos héros modernes.



Alex-Sandra Lemire, propriétaire, Dann Murray, secrétaire d’édition de Québec Presse et Pierre Brouillette, spécialiste de mise en marché:


 819-840-5715 hébergement www.mediapublinet.net hébergement, site web et nom de domaine www.aggm.ca www.associationdesgensdherouxville


.com www.droitdeparolepourtous.com  www.dossiersdepresse.ca Courriel : bourseaction@gmail.com pierrebrouillettefiduciaire@gmail.com


Guy Doucet, le chanteur-vedette, a inauguré le nouveau Café Bistro devant une quarantaine de convives.


Aujourd’hui, le guérisons les plus miraculeuses ne sont plus espérées, les églises se vident, et même se vendent en ce siècle tristement matérialiste. Les


faits historiques l’attestent : la foi chrétienne se vit toutefois autrement, sans faste, et modestement en de petits groupes communautaires où le sacré


s’active dans le rayonnement vivant de la conscience.


Dans ce choc spirituel sans précédent, les lendemains survivent, et ce, grâce à l’espérance énergique de la jeunesse qui n’est pas fatalement mourante.


Délibérément, elle est faite pour la vie en voyant haut et grand. Mêlée au combat, c’est le réveil de la conscience, c’est la grande affaire sérieuse pour le


monde qui vient. Et le bonheur s’ensuit. Rien ne peut décourager cette belle jeunesse, ni les ténèbres de la tribulation dans ce Québec où, sans désirer la


lune, tous les espoirs restent permis, jusqu’à se propulser et devenir nos héros modernes.

Mariage évolutif entre les générations

 Chez Alex-Sandra Lemire, tout est dignement faisable. Non magiquement ni féeriquement comme nous le signalons, ni au-delà de ses forces. Les


ressources nécessaires sont à la portée de sa destinée de femme d’affaires, sous l’œil attentif et bénéfique de sa famille. Et sans caprice puisqu’elle connaît


la restauration, précairement depuis l’âge de ses 15 ans. Une conjugaison indispensable pour une réussite rapide. À cet égard, aucun compagnon défaitiste


autour d’elle.


L’élan passionné mais sélectif dans cet avenir qui vient, elle fait du Café Bistro un mariage évolutif entre les générations qui le fréquentent. Un tournant


d’âges anime les lieux. Voyez les honorables vieux et fidèles clients qui donnent de l’atmosphère en côtoyant tous ces jeunes dans une sorte  »d’effet


café  » à former un tapis roulant social unique.



Ne faut-il pas aller chercher le futur là où il est? C’est-à-dire sur ce parterre fraternellement neuf?

Que du bonheur

 »Vous savez, c’est si bon d’accueillir tous ces gens, de les servir et de les écouter au besoin », s’émeut Alex-Sandra Lemire.


Son témoignage intime est un acte de foi sérieux, sans tragédie ni légèreté.


Sportive, adepte de la balle molle et de la planche depuis l’enfance, elle raconte :


 »Je suis arrivée ici, dans ce café, j’avais 15 ans. Le propriétaire d’alors, M. Gaston St-Ours, me remarque. Je semble séduire tout le monde.

—Que fais-tu dans la vie? l’aborde-t-il poliment.


—Je suis animatrice dans une colonie de vacances pour jeunes. Je travaille à raison de 25

sous de l’heure… en fait, le camp d’été va me rapporter quelque 500 dollars en fin de saison ».


—OK! Alors, es-tu bonne avec les chiffres?

Manifestement intrépide dans sa parfaite immédiateté, l’animatrice a l’aplomb suffisant pour lui répondre : »Oui Monsieur, je suis bonne ». Intrigué,


l’homme d’affaires la met aussitôt à l’épreuve. Sa manière d’exister. Il lui propose un bref calcul mental tout en profondeur, à faire rebondir la réponse… qui


se veut engageante, certes, mais qui ne viendra pas! Absolument pas! Alex-Sandra rate le test. Un pincement à la faire pâlir. Trempe amère de l’épreuve.



Figée, anxieuse, elle attend le verdict de ce sympathique Monsieur St-Ours qui, indulgent de caractère, ne lui inflige aucun revers.


Échappant donc au jugement, elle n’est plus laissée seule avec elle-même. Voilà que son destin prend forme, plein d’espoir dès que le patron lui dit :


—Ce n’est pas grave, voyons! Tu commences vendredi comme cuisinière et serveuse. » La vie devant soi, sans confusion pour celle qui prendra son rôle


au sérieux.


 »Dès le vendredi suivant, je me suis lavé les mains et j’ai dit, dites-moi quoi faire, je suis prête. » L’heure de l’apprentissage sonne, séance tenante et


pour de bon. Sa passion ne s’ajournera jamais. Sublime jeunesse!


Le Café Bistro est cette ancienne  »Poolroom Chez Gilles », une institution dont le commerce remonte aux années 50, et toujours situé à la même


adresse.


Quel émouvant chanteur!


lée au combat, c’est le réveil de la conscience, c’est la grande affaire sérieuse pour le monde qui vient. Et le bonheur s’ensuit. Rien ne peut décourager


cette belle jeunesse, ni les ténèbres de la tribulation dans ce Québec où, sans désirer la lune, tous les espoirs restent permis, jusqu’à se propulser et


devenir nos héros modernes.

Enjouée et lumineuse en ses 25 ans, Alex-Sandra Lemire surmonte lucidement les préjugés néfastes envers la jeunesse québécoise, cette


jeunesse parfois passive et désœuvrée. Ne faut-il pas dans ces échos troublants, aérer l’irrespirable désespoir social qui pointe souvent à


l’horizon? Certes oui.


Ponctuelle en prévoyant tout, c’est la pressante urgence de l’action chez cette étonnante dame qui se lance en affaires au centre-ville de la 6e Avenue à


Grand-Mère.


Son Café Bistro devient le rendez-vous des générations. Une réussite consacrée.


IMG_3008


André Perreault, exhibant le Dossier de presse du Café Bistro aux côtés d’Alex-Sandra Lemire.


Fascinant soit-il, l’avenir n’arrive pas tout seul, bien sûr. Faut-il alors le hâter cet avenir dans un acte de foi contre toute complaisance et rêverie. Faut-il ainsi exercer une grande confiance et passer aux actes… au lieu de se tourner les pouces en tuant le temps et attendre bêtement que le gros lot de Loto-Québec vienne vous chercher dans la paresse de votre chaise longue en guettant les étoiles filantes, au risque de devenir hélas! de frêles vestiges de la vie. Ce qui est sans excuse à devenir des vieillards bien avant son temps! Et absurdement en comptant sur la baguette des fées et leur force magique.


Aujourd’hui, le guérisons les plus miraculeuses ne sont plus espérées, les églises se vident, et même se vendent en ce siècle tristement matérialiste. Les faits historiques l’attestent : la foi chrétienne se vit toutefois autrement, sans faste, et modestement en de petits groupes communautaires où le sacré s’active dans le rayonnement vivant de la conscience.


Dans ce choc spirituel sans précédent, les lendemains survivent, et ce, grâce à l’espérance énergique de la jeunesse qui n’est pas fatalement mourante. Délibérément, elle est faite pour la vie en voyant haut et grand. Mêlée au combat, c’est le réveil de la conscience, c’est la grande affaire sérieuse pour le monde qui vient. Et le bonheur s’ensuit. Rien ne peut décourager cette belle jeunesse, ni les ténèbres de la tribulation dans ce Québec où, sans désirer la lune, tous les espoirs restent permis, jusqu’à se propulser et devenir nos héros modernes.




Alex-Sandra Lemire, propriétaire, Dann Murray, secrétaire d’édition de Québec Presse et Pierre Brouillette, spécialiste de mise en marché:  819-840-5715 hébergement www.mediapublinet.net hébergement, site web et nom de domaine www.aggm.ca www.associationdesgensdherouxville.com www.droitdeparolepourtous.com  www.dossiersdepresse.ca Courriel : bourseaction@gmail.com pierrebrouillettefiduciaire@gmail.com



Guy Doucet, le chanteur-vedette, a inauguré le nouveau Café Bistro devant une quarantaine de convives.


Aujourd’hui, le guérisons les plus miraculeuses ne sont plus espérées, les églises se vident, et même se vendent en ce siècle tristement matérialiste. Les faits historiques l’attestent : la foi chrétienne se vit toutefois autrement, sans faste, et modestement en de petits groupes communautaires où le sacré s’active dans le rayonnement vivant de la conscience.


Dans ce choc spirituel sans précédent, les lendemains survivent, et ce, grâce à l’espérance énergique de la jeunesse qui n’est pas fatalement mourante. Délibérément, elle est faite pour la vie en voyant haut et grand. Mêlée au combat, c’est le réveil de la conscience, c’est la grande affaire sérieuse pour le monde qui vient. Et le bonheur s’ensuit. Rien ne peut décourager cette belle jeunesse, ni les ténèbres de la tribulation dans ce Québec où, sans désirer la lune, tous les espoirs restent permis, jusqu’à se propulser et devenir nos héros modernes.

Mariage évolutif entre les générations



 Chez Alex-Sandra Lemire, tout est dignement faisable. Non magiquement ni féeriquement comme nous le signalons, ni au-delà de ses forces. Les ressources nécessaires sont à la portée de sa destinée de femme d’affaires, sous l’œil attentif et bénéfique de sa famille. Et sans caprice puisqu’elle connaît la restauration, précairement depuis l’âge de ses 15 ans. Une conjugaison indispensable pour une réussite rapide. À cet égard, aucun compagnon défaitiste autour d’elle.


L’élan passionné mais sélectif dans cet avenir qui vient, elle fait du Café Bistro un mariage évolutif entre les générations qui le fréquentent. Un tournant d’âges anime les lieux. Voyez les honorables vieux et fidèles clients qui donnent de l’atmosphère en côtoyant tous ces jeunes dans une sorte  »d’effet café  » à former un tapis roulant social unique.

Ne faut-il pas aller chercher le futur là où il est? C’est-à-dire sur ce parterre fraternellement neuf?

Que du bonheur


 »Vous savez, c’est si bon d’accueillir tous ces gens, de les servir et de les écouter au besoin », s’émeut Alex-Sandra Lemire.

Son témoignage intime est un acte de foi sérieux, sans tragédie ni légèreté.


Sportive, adepte de la balle molle et de la planche depuis l’enfance, elle raconte :


 »Je suis arrivée ici, dans ce café, j’avais 15 ans. Le propriétaire d’alors, M. Gaston St-Ours, me remarque. Je semble séduire tout le monde.

—Que fais-tu dans la vie? l’aborde-t-il poliment.

—Je suis animatrice dans une colonie de vacances pour jeunes. Je travaille à raison de 25 sous de l’heure… en fait, le camp d’été va me rapporter quelque 500 dollars en fin de saison ».

—OK! Alors, es-tu bonne avec les chiffres?

Manifestement intrépide dans sa parfaite immédiateté, l’animatrice a l’aplomb suffisant pour lui répondre : »Oui Monsieur, je suis bonne ». Intrigué, l’homme d’affaires la met aussitôt à l’épreuve. Sa manière d’exister. Il lui propose un bref calcul mental tout en profondeur, à faire rebondir la réponse… qui se veut engageante, certes, mais qui ne viendra pas! Absolument pas! Alex-Sandra rate le test. Un pincement à la faire pâlir. Trempe amère de l’épreuve. Figée, anxieuse, elle attend le verdict de ce sympathique Monsieur St-Ours qui, indulgent de caractère, ne lui inflige aucun revers.


Échappant donc au jugement, elle n’est plus laissée seule avec elle-même. Voilà que son destin prend forme, plein d’espoir dès que le patron lui dit :


—Ce n’est pas grave, voyons! Tu commences vendredi comme cuisinière et serveuse. » La vie devant soi, sans confusion pour celle qui prendra son rôle au sérieux.


 »Dès le vendredi suivant, je me suis lavé les mains et j’ai dit, dites-moi quoi faire, je suis prête. » L’heure de l’apprentissage sonne, séance tenante et pour de bon. Sa passion ne s’ajournera jamais. Sublime jeunesse!


Le Café Bistro est cette ancienne  »Poolroom Chez Gilles », une institution dont le commerce remonte aux années 50, et toujours situé à la même adresse.




Quel émouvant chanteur!


Le lien du journal Québec Presse: http://quebecpress.ca/642-2/


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Dossier de Presse déposé à la bibliothèque et archives nationales du Québec

Le lien du dossier de presse: http://www.mediapublinet.net/quebec_presse/cafe_bistro/cafe_bistro_dp.pdf